mardi 28 juillet 2009

Aux portes du feu (1/2)

mardi 28 juillet 2009
Mercredi 22 juillet. La journée fut longue…

D’abord ce vent qui se lève en rafales impressionnantes, des fenêtres, pas loin, cèdent sous la pression. Vent chaud et chargé de sable, sans doute le Sirocco a traversé la Méditerranée dans la nuit. Ensuite, le bruit des bombardiers, angoissant. Ils passent près, tout près. Parfois on craint qu’ils ne s’écrasent tant ils prennent des risques. Ils tournent, ciblent et bombardent à une cadence douce, et puis soudain, tout se précipite, vite, plus vite… Une boule monte dans la gorge à chaque passage conscients du danger. On a peur pour eux, pour nous.


Non, je ne vous écris pas ce billet en direct d’un pays en guerre… juste de Marseille où le feu fait rage et ravages…

14h… premiers échos des moteurs. Loin au début, puis plus près. On se croirait en état de guerre et on imagine sans peine l’angoisse de ceux qui l’ont vécu. On rentre la tête dans les épaules, on écoute les dératés des moteurs et puis soudain c’est juste au dessus de notre tête, on peut presque voir la couleur des yeux du pilote sous ses lunettes, on se prend quelques gouttes au passage.

Tout doucement, insidieusement, on commence à se frotter les yeux, à tousser. Mais on ne s’inquiète pas, jusqu’à ce que cette odeur de brulé devienne insoutenable, jusqu’à ce que le chien collé à nos semelles éternue sans cesse (ce chien qui tente de communiquer avec nous, il ne nous lâche plus, vous regarde droit dans les yeux au moindre mouvement), jusqu’à ce que nos doigts sur le clavier laissent des traces dans la poussière blanche…

Là on se met à la fenêtre… C’est flou, on sort sur la terrasse, et là, spectacle effarant, Marseille est plongée dans une épaisse fumée grise, on peut presque la toucher à bout de bras, la luminosité est celle bien connue des feux importants, orangé sous le gris.

On appelle les copines, les voisines, on allume la radio, la TV, on branche le web. Les unes vous disent qu’il n’y a pas de soucis, que leur mari a entendu que c’était maitrisé, les autres sont paniquées, déjà 15 maisons brulées. Sur le Web, à la radio, à la TV… rien d’alarmant, le feu est à 15 kms des habitations.

Alors comme on est sur Twitter à l’instant, on tweet, une fois, deux fois, on suit le fil… spameuse d’un instant tragique. Et là Twitter se réveille. L’information arrive plus vite que partout ailleurs : un put** de trouffion a tiré une balle traçante, la douille bouillante a embrasé la garigue. C’est juste là, derrière notre colline, à Carpiagne. Beaucoup plus inquiétant. Ça rappelle des souvenirs à quelques uns, ça détruit les terrains de jeux d’autres, ça inquiète ceux qui ont de la famille ici.

Il est 20h. Journal de TF1. Rien dans les titres, 30 secondes en milieu de journal. Pas d’inquiétude, le feu est « aux portes de Marseille » (sur toutes les chaines la même expression), mais quelques centaines de pompiers venus de toutes les Bouches du Rhône le contiennent. Le feu est toujours à 15 kms des habitations (ah ?) La TNT saute. Plus de signal.

15 kms… Pourtant la fumée s’épaissit, les cendres ne sont plus sable blanc léger, mais copeaux de bois brulé. C’est alors que le silence se fait… plus de bruit de moteur, cruel rappel que nos chers canadairs ne peuvent pas travailler la nuit (visibilité rendant l’écopage dangereux). La nuit tombe, mais elle n’est pas noire, elle est orange incandescent. Juste là, derrière la colline, le halo est plus intense.

Suivi des fils d’information ici et ailleurs. Rien. Les feux seraient pratiquement maitrisés, loin des habitations, les moyens sont déployés. Maitrisés n’est pas éteint. Il est minuit. La lueur rouge grandit, s’étend, rougit. Le silence est interrompu par les explosions terrifiantes des pins. La fumée brule les poumons maintenant, la toux ne soulage plus. Les yeux brulent et pleurent tout seuls. Il est 00h05… et soudain du bruit dans les couloirs, on court, on crie, on klaxonne, on hurle. On cherche son portable partout (mais qui l’a mis sur le congélateur ?) Le temps d’enfiler un Tshirt, un jeans, des chaussures (pas pour son image mais pour être décent) Il est 00h10 et les flammes sont visibles, là sous nos fenêtres.

Des flammes qui ne lèchent plus la garrigue mais la dévorent faisant des bonds de plusieurs mètres emportées par le vent. Des flammes, là, juste sous nos fenêtres en moins de trois minutes. On ferme toutes les fenêtres (sauf une oubliée qui laissera tout entrer…). On attrape ses clés (enfin quelque chose à sa place). On marche sur le chien, on le prend sous le bras, on ouvre la porte, on se retourne… on ferme la porte la peur au ventre… Il est 00h15

La chaleur du couloir est saisissante, brulante… La fumée tout autour est épaisse. Les voisins sortent, eux ne voient pas la colline mais la ville, le spectacle aussi inquiétant de ce côté, des gyrophares partout. Juste trois mots « on évacue !! vite !! » On appelle l’ascenseur, fumée en apesanteur, on se demande comment c’est en bas… On regarde dehors, encore des mètres de gagner ici, et là, et là bas, à droite, à gauche, devant, derrière… On regarde les marches et on descend, vite, très vite (c’est très facile, plus facile que de monter). On croise du monde (avec des valises, en pyjama, avec des poucettes…) on aide aussi… Mais en silence… Plus un mot, juste des regards, des pleurs, la peur… Plus on descend, plus il fait chaud…

Aller au garage ou partir à pied ? Certains ont prévu dans la soirée et garé la voiture en contre bas, prête à partir. Pour les autres, on choisit tous la voiture, parce que la porte automatique est déjà ouverte et bloquée, sinon, on serait descendu à pied… C’est une vraie fournaise, le garage est a flanc de colline, les flammes à quelques mètres tout au plus, gigantesques. On se dit qu’on va rester coincés. On se regarde et on fonce, chacun à son box, juste au dessus de nos têtes des explosions de pommes de pin, discrètes, d’autres de pins qui font sursauter. On ne trouve pas la clé, elle ne rentre pas, la poignée est coincée, une fois, deux fois… Coup de pied de rage. Puis on s’attache. Pourquoi ? peut être en pensant qu’il faudra passer par les jardins (en pente) peut être parce que notre instinct de survie… Et on fuit sans regarder derrière soi.

On suit le flot des voitures, on prend au passage un résident piéton, et on fonce. Merde ! on a oublié tous les papiers ! juste des clés et un téléphone… D’autres y ont pensé, au cas où il faille les identifier… frissons… Plus on avance mieux on respire. Nous voilà tous sur un parking, au milieu des sirènes, des ambulances, des pompiers, des CRS, par dizaines. Ça prend aux trippes, ça décrochent quelques hystéries et quelques larmes. On s’organise. Eau, mouchoirs, masques. On se soutient. Cette petite fille inquiète d’avoir laissé son chat. Cette maman de ne pas savoir où sont ses enfants. On reprend ses esprits.

On appelle pour rassurer (on se croirait un soir de St Sylvestre, l’opérateur sature) alors on se connecte sur Twitter (ça passe !) pour découvrir que les liens ont pris le relai. Il est trois heures du mat. On est gris de suie, on a des yeux de lapins russes, on est retourné… et on rentre pour découvrir ça :


Le feu n’est pas éteint, l’appartement est couvert de cendre, enfumé, mais on est chez soi.

Prochain billet : des photos d'après... si vous en avez quelques unes, n'hésitez pas à me contacter !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire